stop
play
  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

[Fermeture éclair], de Carl Aderhold (éd. J.-C. Lattès)

Fermeture éclair, de Carl Aderhold (éd. J.-C. Lattès)

Ce livre aborde de front dès sa première partie un sujet peu abordé dans les romans : l’emploi, ou plutôt sa perte, les délocalisations et leurs conséquences, individuelles et collectives. Et également les réactions qu’elles entraînent, violence contre violence.
Toute la première partie ce roman est menée tambour battant sur ce thème. On suit un ouvrier de 40 ans, Laurent, travaillant chez Contilis (mix imaginé de plusieurs luttes récentes), et qui va se retrouver en premières ligne de la résistance à cette décision brutale de la direction. Et aussi en subir les conséquences les plus rudes dans sa vie personnelle.

Ne le cachons pas, la sensibilité de l’auteur (ou en tout cas de Laurent) est plutôt anar que syndicaliste de gauche « classique ». Laurent fera partie de ceux qui n’acceptent pas qu’on « brade » leur emploi pour 50 000 euros, somme qui fait rêver certains, mais qui se révéla être une pure illusion une fois divisée par cinq au final.

Mais l’histoire ne finit pas là. J’ai trouvé la deuxième partie un peu molle, d’un romantisme au-delà du réel, qui à mon sens est hors du champ des possibles. Laurent et quelques autres se trouvent embringués dans une coupe du monde des chômeurs, alors que la direction de l’entreprise, voulant, en apparence, se racheter, se lance dans la création d’une fondation humanitaire, pour combler le déficit de son image de marque. Pour moi en tout cas, cela ne fonctionne pas.

Mais la surprise viendra ensuite dans l’implication de la génération actuelle (le fils de Laurent), adepte des réseaux sociaux et un peu hacker sur les bords, pour mettre à jour ces supercheries. Et on retrouve là une construction romanesque tout à fait bien menée.

On pourrait parler de beaucoup d’autres aspects, notamment la destruction de la vie familiale de Laurent dans cette affaire. Au total un roman bien mené, assez pédagogique dans le bon sens du terme pour tout ce qui concerne la gestion financière de la production et des hommes. Et bien amené quant à l’arrivée de la relève générationnelle, sous une forme inattendue et créative.

Resbuzz : nous sommes particulièrement contents et fiers d’accueillir le 18e auteur de chroniques de ce blog. Tiennot Grumbach, que nous avons reçu à la librairie pour une soirée passionnante  (voir ICI), est un habitué de La Réserve depuis sa création et un ami depuis plus longtemps encore. Il est surtout un des principaux théoriciens et praticiens du droit du travail en France (aux côtés des travailleurs). Donc lui faire lire avant parution ce livre, pendant la période difficile qu’il traverse sur le plan santé, était une bonne idée. Cela a donné cette chronique idée. (commentaire de Stéphane Bernard.)