stop
play
  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

[Je suis la marquise de Carabas], de Lucile Bordes (éd. Liana Levi)

Je suis la marquise de Carabas, de Lucile Bordes (éd. Liana Levi)

Dans son premier roman, Lucile Bordes nous plonge dans l’histoire de sa famille. Alors, encore une histoire de famille ? Un passé douloureux ? Un passé inavouable ? Point du tout ! Enfin, un secret si l’on veut, dans la mesure où l’auteur a découvert la vie de ses ancêtres en tenant compagnie à son grand-père : elle est la descendante d’une troupe de marionnettes illustre, le Théâtre Pitou.

En 1850, Auguste, garçon épicier sans histoire, décide de suivre sur les routes une troupe de saltimbanques. C’est ainsi que naît la passion d’une famille sur plusieurs générations.

A travers l’histoire de cette troupe, nous rencontrons un siècle d’événements quire malmènent autant la vie professionnelle que personnelle : deux guerres (1870 et 14-18), l’arrivée du cinéma, le racisme dû à leur statut de gens du voyage.

Mais attention, pas question de les comparer à Guignol :

…ça n’est pas du spectacle, c’est du chahut. […] Non, vraiment, la seule marionnette qui vaille est la marionnette à fils, plus noble car plus complexe à manipuler, et dont les mouvements imitent le naturel.(p. 38)

Le représentant le plus illustre en est Crasmagne, marionnette offerte à Auguste et qui ne quittera plus les Pitou.

Le théâtre doit beaucoup à Émile (le fils d’Auguste), qui s’est découvert une vocation pour la mise en scène. La troupe atteint son apogée juste avant la Première Guerre mondiale, même si évidemment cette passion s’accomplit souvent au détriment de sa vie familiale.

Je suis la marquise de Carabas est un court récit récit, vif, bien mené, sans lourdeur et qui se révèle tour à tour drôle et poignant.

Resbuzz : Lucile Bordes sera l’invitée de la désormais traditionnelle soirée « rentrée littéraire » de La Réserve, mercredi 12 septembre. Voir ICI.