stop
play
  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

[La Couleur des sentiments] de K. STOCKETT (trad. P. Girard, éd. Jacqueline Chambon)

La Couleur des sentiments de K. STOCKETT (trad. P. Girard, éd. Jacqueline Chambon)

Nous sommes dans le Mississippi, dans les années soixante. Rosa Parks a déjà refusé de céder sa place à un blanc dans le bus, mais le combat de la communauté noire est loin d’être gagné. La preuve en est que, dans la petite ville de Jackson, les maîtresses blanches s’ennuient tellement que l’une d’elles propose une loi concernant les toilettes des bonnes.

« C’est un projet qui vise à rendre obligatoire la présence de toilettes séparées à l’usage des domestiques de couleur dans toute maison occupée par des blancs » puisque, comme vous le savez, « 99% des maladies des noirs sont transmises par l’urine ». Ahurissant ? Et bien lisez ce livre. Tantôt drôle, tantôt émouvant, ce roman à trois voix nous entraîne dans le quotidien de deux domestiques noires.

Aibileen, 53 ans, a passé sa vie à s’occuper de l’intérieur et des enfants de femmes blanches. Elle travaille actuellement chez Miss Leeflot, incapable de donner de l’amour à sa fille.

Sa meilleure amie, Minny est une grande gueule mais si bonne cuisinière. Difficile de garder une place dans ces conditions….

Et la troisième voix ? Là aussi, une femme au caractère bien trempé. Miss Skeeter vient de finir ses études. Sa mère ne souhaite qu’une chose pour elle : un bon mariage; mais celle-ci a un tout autre rêve : devenir journaliste. Vous l’avez compris, cette dernière est blanche. Elevée par une bonne noire qui a mystérieusement disparue, Eugénia s’interroge sur la condition des bonnes et le rapport entre les familles blanches et leurs domestiques…Un vrai sujet de livre si elles acceptent de témoigner.

Une relation particulière s’installe peu à peu entre les trois femmes, des liens forts quelquefois violents, mais trois femmes qui convoitent le même but : la lutte pour le droit au respect et à l’égalité.

L’auteur, qui a aussi été élevée par une femme noire dans le Mississippi, nous montre à chaque ligne la force et la vigueur de ces femmes. Mais attention, Kathryn Stockett ne supporte pas qu’une autre personne qu’elle critique le Mississippi!