stop
play
  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

[la liseuse] de paul fournel (éd. pol)

la liseuse de paul fournel (éd. pol)

Paul Fournel est romancier, éditeur, lecteur, oulipien, épicurien. Et joueur.

Il adore jouer avec nous, les lecteurs. Nous embarquer dans son univers où chaque rituel, chaque détail, banal ou extravagant, vont prendre pour nous force d’évidence : qu’est-ce qu’on boit à midi? Un brouilly! Et qu’est-ce qu’on fait le week-end ? On lit des manuscrits!

Reprenons. Le narrateur, Robert Dubois, est un vieil éditeur germanopratin, que le cours naturel des choses pousse vers la sortie. Dernier acte : on lui remplace sa pile de manuscrits du week-end par une liseuse. Mais, comme on n’est pas chez Berberova, ce n’est pas une lectrice, mais une machine; un i-bidule. Loin d’être désarçonné, notre héros va nous entraîner dans sa prise à bras-le-corps des problèmes contemporains du livre : On lit pareil? Ça change quoi? Et on écrit pareil ? Et les libraires et les éditeurs dans tout ça? Et l’odeur du papier ? (Bon là je ne peux pas résister à vous renvoyer à l’excellent François Bon et à son brûlot Après le livre, éd, du Seuil. Pour une interview aller voir ICI.)

Mais avec Paul Fournel on est dans un roman, et il sait nous entraîner dans une sarabande échevelée, loufoque, où le narrateur organise sa propre déchéance-apothéose avec maestria, émotion et profondeur.

Ce livre est un délice, où Paul Fournel ne se refuse rien : on aurait tort de s’en priver.

resbuzz : Paul Fournel sera notre invité le 26 janvier prochain à 20 h 45.