stop
play
  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

[La Muraille de lave] d'Arnaldur Indridasson (éd. Métailié)

La Muraille de lave d’Arnaldur Indridasson (éd. Métailié)

Après avoir mis en vedette  Elinbörg dans La Rivière Noire, Arnaldur Indridasson laisse cette fois la place à Sigurdur Oli pour mener l’enquête. Le commissaire Erlendur, figure typique du policier nordique, sombre et taciturne, est toujours en vacances dans les fjords de l’Est à la recherche de son passé.

.Dans La Muraille de lave, plusieurs affaires s’entre-croisent , sur fond de crise financière imminente Sigurdur Oli, personnage aux antipodes d’Erlendur, ouvre les yeux sur la cupidité qui a fini par gangréner la société islandaise.

Arnaldur Indridasson nous rend ce jeune inspecteur plus accessible et humain, par le biais des difficultés personnelles auxquelles il doit faire face.

Ce nouvel opus est une réussite, et on peut saluer encore une fois le travail d’Eric Boury, traducteur quasi « officiel » d’Arnaldur…