stop
play
  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

[L'Inconscience], de Thierry Hesse (éd. de L'Olivier)

L’Inconscience, de Thierry Hesse (éd. de L’Olivier)

Carl, le petit frère de Marcus (autour de la cinquantaine tous les deux), est dans le coma après une chute. Assureur, conformiste, plutôt vénal, il a tout lâché pour une passion professionnelle et amoureuse.

Marcus repense sa vie autour de ce drame, lui le jouisseur, intello et bohème.

Le roman va nous faire pénétrer dans le lien profond qu’ils ont maintenu, au-delà des vies qu’ils ont menées.

Chaque chapitre est un élément pour saisir un aspect des principaux protagonistes, s’approprier un bout de leur histoire. Et le talent narratif de Thierry Hesse arrive parfaitement à nous embarquer, à plusieurs reprises, dans différentes directions et différentes époques (sans parler des villes, également très présentes). 

Tout n’est pas dit, tout ne raccorde pas, car Thierry Hesse sait qu’une vie ne se laisse pas saisir au fil d’une narration continue. Même quand (illusion suprême) un épisode tragique est censé livrer une explication ultime. Chaque chapitre ouvre plutôt sur un aspect nouveau du personnage qu’il ne clôt un épisode. C’est souvent au lecteur de compléter, de réévaluer les personnages. Ainsi le caractère foncièrement amoral des relations de Marcus avec certaines de ses jeunes étudiantes est-il livré au fil des justifications successives du personnage, mais aussi à travers son évolution, qui n’est pas univoque.

Un mot encore : le rock joue un rôle quasi matriciel dans L’Inconscience ; en tout cas pour les deux personnages principaux (qui ont appris l’anglais dans le Melody Maker). Pour moi, les références livrées par Thierry Hesse ou par Marcus sont parlantes et impeccables : de Nico à P.J. Harvey, de Neil Young à Nick Cave ou Pere Ubu. Avec une mention particulière pour le rôle que joue l’accident de Robert Wyatt dans la compréhension (possible) de la chute de Carl. Surprenant de finir un livre sur cette évocation d’une figure essentielle, mais somme toute méconnue, de la musique rock. Mais ce livre de Thierry Hesse, réserve, au fil de sa lecture, son lot de belles surprises.

Reserve + : Pour écouter THierry Hesse, cette vidéo ICI.