stop
play
  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

[Manger bio c'est bien si...] d'Hugues Toussaint (éd. Vuibert) et quelques autres réflexions écologistes

Manger bio c’est bien si… d’Hugues Toussaint (éd. Vuibert) et quelques autres réflexions écologistes

Manger bio c’est bien si… n’est pas pas un livre de plus sur le bio, ni un guide pratique, mais un livre de réflexion de fond. On me dira : la consommation bio commence à peine à décoller des 3 à 5 % de la consommation globale, et déjà on met des restrictions et des critiques ? Certes, c’est une caractéristique de la réflexion écologiste.

Mais dans le domaine du bio comme dans celui du « développement durable » ou des produits écologiques, on peut être content de voir ses idées progresser et ne pas avoir envie de les voir dévoyées. Ni d’être obligé d’accepter de prendre des vessies pour des lanternes.

C’est d’ailleurs très globalement la réflexion sur le « greenwashing »,   en français : écoblanchiment  (je te repeins tout ça en vert!) ou sur le « capitalisme vert ».
Sur le premier point je vous recommande le petit livre  fort intéressant de Jean-François Notebart et Wilfried Séjeau aux éditions Les Petits matins (dont on peut trouver le site en cliquant ICI.

Et sur le second point, le « capitalisme vert », on peut lire une discussion entre Hervé Kempf et Pascal Canfin dans la revue Regards en cliquant ICI.

Mais revenons au livre d’Hugues Toussaint sur la consommation bio.

Peut-on acheter des produits bio les yeux fermés?  Est-ce que manger des aliments bio chauffés au micro-onde est compatible avec une consommation responsable ? Une absorption massive de graisses ou de sucres bio entraîne-t-elle un cholestérol plus sain ? Manger une quantité excessive de viande bio est-ce une solution à la surproduction de protéines animales? Bref quelles sont les vies d’une consommation vraiment responsable ?

Produire ou consommer des produits bio c’est bien mais insuffisant. Il est également impératif de ne pas reproduire les schémas du conventionne, tel qu’importer des produits bio du bout du monde ou les cultiver dans des conditions sociales inéquitables, sinon cela n’a plus aucun sens. En étant bien informés et attentifs, en étant acteurs de notre consommation, nous pouvons jouer un rôle essentiel pour agir sur notre société.

Profondément engagé dans cette réflexion, notamment à travers l’association Bio Consom’acteurs, Hugues Toussaint aborde ces questions dans son livre Manger bio c’est bien si… (éd. Vuibert, 13.50 €). Un livre fort utile et intéressant, comme le sera le débat prévu avec lui à la librairie le 16 novembre 2010 organisé avec la Biocoop du Mantois.