stop
play
  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

[Qu'avons-nous fait de nos rêves?], de J. Egan (trad. S. Schneiter, éd. Stock)

Qu’avons-nous fait de nos rêves?, de J. Egan (trad. S. Schneiter, éd. Stock)

Tous les personnages de ce livre, du moins ceux que l’on retrouve à plusieurs reprises et qui n’ont pas sombré en route, se posent cette question : « Qu’avons-nous fait de nos rêves ? »

Jusqu’à cette dernière ligne où Bennie et Alex espèrent, au moins dix ans après, retrouver Sasha en sonnant à la porte de son ancien appartement : « Un claquement de talon sur le trottoir déchira le silence. […] Or il s’agissait d’une autre jeune fille, nouvelle venue en ville, qui tripotait ses clés. » Point final.

L’histoire ne s’arrête pas, même si notre lot est de descendre en route, ou de changer de voie éventuellement pour continuer à rouler. Singulier portrait que Jennifer Egan trace de plusieurs générations, qui s’entremêlent et croisent leurs dérives. Des prémisses punks aux ultimes feux désespérés du même Scotty, devenu clochard, mais lancé dans un come-back suicidaire. Le parcours de Bennie, producteur musical sans cesse arrivé et déchu, mais toujours à cent lieues de ses illusions permanentes. Le personnage étonnant de Sasha qui traverse le livre de sa lucidité et de sa puissance vitale, même quand elle va de la jeune droguée à l’assistante indispensable, fascinante et kleptomane, pour finir mère de famille conformiste de deux jeunes surdoués totalement décalés.

Et tous les autres qui traversent ce livre à la chronologie rigoureuse et totalement foutraque, et où Jennifer Egan s’amuse avec les temporalités bizarres, les anecdotes en apparence sans lendemain et le passage en revue des rêves qui s’effondrent.

Qu’avons-nous fait de nos rêves est est un roman très attachant et captivant, mais qui demande une lecture attentive, si l’on veut goûter pleinement la saveur des sinuosités et des surprises temporelles de l’auteur.