stop
play
  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

[Road Dogs], d'Elmore Leonard (trad. J. Le Ray, éd. Rivages)

Road Dogs, d’Elmore Leonard (trad. J. Le Ray, éd. Rivages)

Je ne suis pas sûr qu’Elmore Leonard soit, comme le prétendent à la fois Dennis Lehane et un critique de polars américains, « le plus grand auteur de policier de tous les temps »! Je demande à réfléchir avant de signer. Mais un des deniers grands vivants certainement, et un des plus grands parmi les « classiques » du noir américain, c’est l’évidence.

Un braqueur de banque libéré suite à une savoureuse embrouille, un codétenu bienfaiteur, affublé d’une épouse en femme fatale sublime (et garce, forcément garce), un « révérend » chargé de surveiller l’épouse et la fortune cachée du bienfaiteur : rien de novateur dans l’intrigue, qui compte quand même son lot de rebondissements. Mais quelle maîtrise dans le récit, et quel bon moment passé dans un univers merveilleusement archi-connu !