stop
play
  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

[Une chasse au pouvoir], de Marie Desmartis (coll. Les ethnographiques, éd. Anacharsis)

Une chasse au pouvoir, de Marie Desmartis (coll. Les ethnographiques, éd. Anacharsis)

Olignac, village des Landes de Gascogne d’environ 200 âmes, d’allure paisible, est secoué par une grave crise politique en ce début des années 2000. Marie Desmartis a choisi de s’y installer pour son enquête ethnographique, elle plonge ainsi au cœur d’une atmosphère très tendue : incendies nocturnes, chiens abattus, menaces, rumeurs. Le « clan des chasseurs » vient de perdre la mairie au profit de Mme Fortier et malgré elle.

De cette situation inédite et dans un climat d’affrontement, les rapports quotidiens du pouvoir sont exacerbés. L’anthropologue nous décrit avec justesse, derrière les enjeux politiques, les enjeux sociaux, historiques et économiques. Elle nous plonge dans le quotidien et l’histoire de ce village où les dominants et les dominés, au gré des mouvements de migration, ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

A travers les villageois, leurs luttes pour le pouvoir, leurs rumeurs, leurs peurs, leurs violences, les stratégies d’alliance et d’évitements, c’est bien des pratiques politiques de l’ensemble de notre pays dont il s’agit.

Cette ethnographie se lit un peu comme un roman. La rigueur scientifique reste de mise mais le suspense est au rendez-vous. La nouvelle collection de la maison Anacharsis, « les ethnographiques », nous offre ainsi la possibilité de nous immerger au cœur d’une enquête ethnographique au long cours, sans la barrière du langage scientifique et au plus près des rencontres des ethnologues. Elle pose un regard sur les différences.

pour plus de détails, lire ICI le site des éditions Anarcharsis

Resbuz: Alban Bensa est le préfacier du livre de Marie Desmartis et l’animateur de cette collection. Nous devrions être en mesure de recevoir prochainement cette grande figure de l’anthropologie, connu en particulier pour ses études ethnographiques concernant la Kanaky. Nous vous tiendrons au courant.