stop
play
  • Commandez par Internet à La Réserve

    par mail à commande@librairielareserve.fr et retirez votre livre à La Réserve. Vous êtes prévenu par mail dès que le livre est disponible (mis de côté ou commandé pour vous). Attention nous ne traiterons vos commandes qu’à partir du 20 août!

  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

les Harmoniques, de Marcus Malte (Série noire, éd. Gallimard)

[par Stéphane Bernard]
Sur le nouveau Marcus Malte… et quelques autres « Série noire » parus ou à paraître.

Guerre sale de Dominique Sylvain (éd. Viviane Hamy)

[par Stéphane Bernard]
Françafrique, « services », politiques, et des enquêteurs un peu spéciaux. Un roman rondement mené et qui secoue à la fois nos neurones et notre sensibilité. Un noir bien serré.

La mort, entre autres de Philip Kerr (trad. Johan-Frédérik Hel Guedj, éd. du Masque)

[par Nathalie Goldgrab]
Nous voilà donc plongés dans un récit avec du rythme, de la perfidie, de la dissimulation, du crime, de l’hypocrisie, du mensonge, de la compromission et de la corruption ; le tout sur une trame historique des plus glauques, avec des personnages souvent abjects et des motivations infâmes. Mais fort heureusement, nous sommes accompagnés dans cette sombre histoire par l’impertinence sans concession et l’humour noir ravageur de notre Bernie au charme si attachant.

Une douce flamme de Philip Kerr (traduit par Philippe Bonnet, éd. du Masque)

[par Nathalie Goldgrab]
Philip Kerr parvient brillamment à décrire le Berlin décadent et son contexte politique tourmenté qu’il éclaire de façon discrète mais efficace par des explications s’insérant adroitement dans le récit. Se basant sur le livre « La auténtica Odessa » d’Uki Goni, journaliste argentin et membre de la commission d’enquête sur les activités nazies en Argentine (CEANA), il mêle fiction et réalité historique avec beaucoup de maestria. Pour enfoncer le clou sur le passé trouble de l’Argentine, le romancier n’hésite pas à prolonger la « directive Onze 11″ historique par une « directive Douze » fictive à nous glacer les sangs.

Ce récit palpitant est une excellente introduction à cette page de l’histoire contemporaine qui nous réserve encore certainement des surprises (voir la polémique autour des archives concernant Adolf Eichmann et sa fuite en Argentine détenues par les services secrets allemands).

La ligne de sang, de DOA (coll Folio policier, éd. Gallimard)

[par Nathalie Goldgrab]
Belle réussite que ce roman à l’assemblage périlleux de genres disparates qui confinent parfois au scabreux, mais qui détient cependant la clé de quelques heures de lecture prenante et frémissante.

Les Lieux sombres, de Gillian Flynn (éd. Sonatine)

Tout en nuances, Gillian Flynn arrive à distiller au cours de son récit une insidieuse mélancolie qui fait de ces « lieux sombres » une lecture prenante et attachante.

La Maison aux paupières crevées de Christian Roux (éd. Syros)

La fin des vacances approche, et Mathilde n’a pas reçu de nouvelles de son amie Jocelyne, alors que les deux collégiennes avaient promis de s’écrire… Inquiète, Mathilde part à sa recherche, persuadée qu’elle a été kidnappée. Par l’auteur de Braquages et de Kadogos

Les canards en plastique attaquent, de Christopher Brookmyre (éd. Denoël)

C’est à la fois un livre très drôle (on n’est pas loin de Tom Sharpe) et un vrai livre de combat. Sa cible : les médiums, virtuoses du paranormal, qui subjuguent les publics les plus sceptiques par leurs dialogues avec l’au-delà. Décapant !

Les Visages, de Jesse Kellerman (éd. Sonatine)

Les éditions Sonatine nous livrent à nouveau un roman policier original, tant par son style narratif empreint d’autodérision sur les polars en général que par l’habile imbrication d’une saga familiale lourde de secrets et d’une trame policière inhabituelle se déroulant dans le milieu de l’art contemporain. Par un jeune auteur, fils des écrivains Johnatan et Faye Kellerman.

Vendetta, de R. J. Ellory (éditions Sonatine)

Il y a du Shakespeare et du Machiavel dans ce livre. Et il y a le talent de conteur de R. J. Ellory, qui nous avait déjà bluffé par son précédent roman, Seul le silence*… Cet écrivain sait raconter de vraies histoires d’hommes qui ne sont pas reléguées à de la simple figuration derrière l’intrigue policière et réussit un bel équilibre entre les deux. Un auteur à découvrir absolument…