stop
play
  • La Nouvelle Réserve à Limay : allons-y !

    nouvelle reserveJ’ai mis du temps à écrire quelque chose (trop occupé!!!), mais cela fait des semaines que je profite de cette nouvelle librairie dans le Mantois…comme client.

    Et à chaque fois je rencontre l’un ou l’autre de nos anciens clients, parfois venu pour la première fois dans ce nouveau lieu.

    Y aller est très simple. On est à 800 mètres de la Collégiale de Mantes, on traverse la Seine. Après le rond-point on prend en face l’avenue qui monte : premier feu rouge à droite et on y est (à côté du marchand de bois Accolet) 5 rue du Maréchal Foch à Limay (un peu plus guerrier que notre avenue Jean Jaurès!).

    reserve_nouvelles_2052015_1

    Faites -vous à votre tour votre opinion. Mais beaucoup d’anciens amis de La Réserve ont trouvé là de nouvelles habitudes, de nouveaux tempéraments et de nouveaux visages (sauf Claire qui était avec nous à Mantes-la-Ville la dernière année. Des livres à acheter et des rencontres avec des auteurs. Et plein d’autres choses.

    Ci joint un article des Nouvelles des 2 rives qui dit assez bien les choses.

     

  • Le site de La Nouvelle Réserve

    IMG_7872Ils ont désormais un site avec pour l’instant essentiellement les renseignements pratiques (pour y aller, commander un livre), et l’agenda des nombreuses activités et rencontres avec des écrivains.

    Et surtout, allez les voir pour acheter et commander des livres!

  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

"Dans les yeux des autres", de Geneviève Brisac (éd. de l'Olivier)

« Dans les yeux des autres », de Geneviève Brisac (éd. de l’Olivier)

brisac yeuxAnna ou l’impossibilité de réintégrer le monde. C’est là-dessus que commence Dans les yeux des autres de Geneviève Brisac. Un exemple tout de suite avec cette répartie cinglante face à un écrivain à succès :

…je m’écoute, je me dicte, ma phrase ondule, ma musique si particulière jaillit.

C’est un peu comme si vous vomissiez, dit Anna.

Alexandre est pris d’un tic à l’œil. Il s’éloigne sans la saluer.

Il ne reste plus à Anna qu’à quitter cette soirée et retourner se terrer chez sa sœur Molly, qui l’héberge à grand-peine, tant elle se révèle cette « épine dans les yeux des autres » (épigraphe de Rose Ausländer qui donne son titre au roman).

On comprend pourtant vite qu’Anna est encore plus blessée que blessante, et que c’est à elle-même qu’elle réserve l’essentiel de de son manque de savoir vivre. En quelque sorte, sa vie entière est cette blessure qu’elle aura essayé de recoudre par l’écriture. Comme on le sait, cela marche rarement. Dans le meilleur des cas, il reste des romans.

C’est pourquoi l’histoire d’Anna nous la découvrirons à travers trois carnets : un rouge, un bleu, un noir. La politique, les autres, la mère.

Mais la narratrice ne cède pas à la facilité (souvent lassante chez d’autres) du collage de textes anciens. Nous découvrons ces bribes de passé entrelacées à travers Anna relisant, voire réécrivant, ces carnets.

Le lecteur comprend vite que, dans ce roman, tout le monde connaît l’histoire de ces quatre jeunes gens engagés dans la lutte révolutionnaire, à la fin des années soixante-dix. Les deux sœurs (Anna et Molly) plus leur mère (Mélini); les amants, Boris (revenu auprès de Molly trente ans après) et Marek Meursault (mort en prison au Mexique et devenu une légende).

Anna, personne ne l’a jamais choisie : ni sa mère, ni son amant ; Marek Meursault demeure pour elle un étranger. Et il le demeurera très largement pour nous, lecteurs.

Geneviève Brisac a mis beaucoup de choses dans ce roman, et finalement l’évocation de ces années gauchistes, fondatrices pour elle comme pour ses personnages, tient une place limitée. Pas leur importance, mais leur description. Pour ceux qui connaissent, le ton est très juste, et cette retenue fort bienvenue. Les rapports hiérarchiques librement acceptés, le local de la rue du Grand-Prieuré, cet enthousiasme absolu mais fonctionnarisé par souci d’efficacité… Tout cela, et plein de petites touches, donne une image très juste du fonctionnement d’une organisation d’extrême gauche de ces années-là. Mais on nous épargne les anecdotes, les détails censés « faire comprendre », mais qui en réalité embrouillent souvent.

Ceux qui n’ont pas vécu, eh bien ils étudieront de près si ils veulent, ou sinon ils garderont une image imprécise, comme de beaucoup de choses dans l’histoire et dans la vie. Par contre, concernant ses personnages, Geneviève Brisac complète le tableau en détail. Progressivement, le lecteur se les approprie dans leur singularité et leurs rapports croisés. Et croît en lui la sensation d’entrer dans un monde un peu effrayant dans sa dureté, mais d’une richesse à peine évoquée et qui laisse pourtant en nous une trace tenace (comme l’évocation de John Berger ou d’Isaac Babel au détour d’une page).

Reprenons : c’est l’histoire de deux sœurs et de leur mère. Celle des autres, de leurs yeux. Sans oublier les nôtres.

Geneviève BRISAC, Dans les yeux des autres, éd. de l’Olivier, 2014, 306 p., 18,50 €.

Stéphane Bernard

1er juillet 2014