stop
play
  • ESPACE LIBRAIRIE LA RESERVE A EPONE : LE BLOG

    Pour suivre toute l’actualité dans l’Espace librairie La Réserve à Épône, retrouvez notre blog en cliquant ICI.

    Hélas La réserve à Epône c’est fini ! La Biocoop continue, bien sûr !

  • Marc Dufumier à La Réserve mercredi 14 mars 20 h45

    Sur le bio, l’agriculture, les rapports Nord Sud. Un débat organisé avec la Biocoop du Mantois

  • nouveaux horaires à La Réserve Mantes-la-Ville

    Du mardi au samedi de 9 h 30 à 19 h 30 sans interruption. Feré dimanche et lundi.

  • Pour nous retrouver, il y a également la page Facebook

    http://www.facebook.com/librairielareserve

  • commandez par Internet à La Réserve

    par mail à  commande@librairielareserve.fr

    et retirez votre livre à La Réserve. Vous êtes prévenu par mail dès que le livre est disponible (mis de côté ou commandé pour vous).

  • Hélas La réserve à Epône c’est fini ! La Biocoop continue, bien sûr !
Yanvalou pour Charlie de Lyonel Trouillot (éd. Actes-Sud)

Yanvalou pour Charlie de Lyonel Trouillot (éd. Actes-Sud)

trouillot1Comment réussir à Haïti lorsque l’on est issu des bidonvilles? Pour Mathurin D Saint-Fort, cela paraît simple : oublier son passé, changer de nom, devenir avocat et vivre à Port-au-Prince dans un quartier riche.  Suffit d’être plus  doué que la moyenne, d’avoir pas mal d’aplomb et de chance. Jusqu’au jour où débarque à l’improviste  Charlie, un jeune de quatorze ans venu de leur village pour demander son aide. « Une affaire de vie ou de mort », car son ami Nathanaël et lui se sont embarqués dans une sale histoire.

Souvenir du gamin qu’il a été,  retour aux sources : Mathurin suit Charlie. Il croise Anne, son amour de jeunesse, qui n’a pas eu la même chance que lui. Son passé, enfoui, ressurgit brutalement. Peut-on jamais oublier voire renier ce que l’on a été?  Jusqu’à quel point peut-on en sortir indemne (et c’est vrai aussi pour le lecteur) ?

A travers ce récit à quatre voix successives, Lyonel Trouillot nous fait ressentir  intensément la vie de ces Haïtiens plongés dans la misère et survivant comme ils peuvent. Il montre aussi différentes manières de réagir face au présent comme au passé : la plus difficile, mais la plus riche étant peut-être de demeurer fidèle au «  yanvalou », ce salut à la terre  dans le vaudou haïtien. Moyen de retrouver une  solidarité dans  les liens ancestraux fondant une communauté humaine.

Sais-tu ce que signifie le mot yanvalou ? Je te salue, ô terre. La terre n’a pas de mémoire. Le sol sec et pierreux ne garde pas souvenir de la bonne terre arable qui descend vers la mer. Seuls les hommes se souviennent. Où qu’ils aillent, où qu’ils restent, peut-être leur suffit-il de saluer la terre pour que leur passage soit justifié.

Réserve + : Pour mieux connaître Lyonel Trouillot et la littérature haïtienne, on peut démarrer ses recherches avec Africultures et Études haïtiennes.

ResbuzzA la librairie, Stéphane a également beaucoup aimé ce livre (il n'a pas pu résister à mettre son grain de sel dans la chronique de Delphine). Signalons aussi l'enthousiasme d'une ex-libraire de La Réserve, Fabienne Olive, qui ouvre fin octobre sa librairie : Les Oiseaux rares, 1 rue Vulpian, à Paris 13e!